Qui êtes-vous ?

Ma photo

Généalogiste Familial Professionnel, Diplôme Universitaire Généalogie et Histoire des familles de Nîmes - mention Bien. Interventions scolaires, recherches, accompagnement et formations. Zone géographique Languedoc-Roussillon.

jeudi 11 juin 2015

Série J - Archives d’origine privée entrées par voie extraordinaire : achats, dépôts, dons, legs


Série J - Archives d’origine privée entrées par voie extraordinaire : achats, dépôts, dons, legs



Aux AD37Titres de propriété de Jean Beurges, procureur à Chinon. 6 pièces parchemin, 1582, 1584, 1J75

Succession de Pierre de Grandnon, chanoine pénitencier à Tours. 1 pièce parchemin, 5 mars 1697, 1J341


François RABELAIS



Aux AD42, le lien vers le répertoire de la série Jhttp://www.loire.fr/upload/archives/inventaire-fonds/pages/priv_j_old.htm


Saint-Etienne





Philippe d'Alençon de Valois




Metz, Temple Neuf





Alfred JARRY



Aux AD72, sous-série 30J, archives de la famille TREGARD (Vion-Parcé) : http://www.archives.sarthe.com/iso_album/30_j_-_collection_tregard.pdf


Parcé-Sur-Sarthe


Aux AD972 (Martinique) la sous-série 1J, extrêmement riche en fonds : http://www2.cg972.fr/arch/html/1J.pdf



Vincent ALLÈGRE



Pour finir, un court-métrage à voir : "Série J" : http://www.serie-j.com




Demain, au tour du K, les Lois, Ordonnances et Arrêtés ....

mercredi 10 juin 2015

Série I - Fonds divers se rattachant aux archives ecclésiastiques

Série I - Fonds divers se rattachant aux archives ecclésiastiques




Fonds divers se rattachant aux archives ecclésiastiques catholiques



Aux AD10Archives de la maladerie de Tonnerre I82




Église Saint-Jean-Baptiste à Chaource (10)


Aux AD88, on trouvera 8 fonds en série I :

1I : Collection Dufresnes (chapitre de Saint-Dié, paroisses vosgiennes)1172-1675
2ICollection cédée par les Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (abbaye d’Autrey, couvent de Rambervillers)1780-1789
3IFonds Bertaux (paroisses vosgiennes) nominations de chapelains à Epinal et Derbamont, aux nominations de curés à Biécourt, Longchamp et Vincey et aux fondations et constitutions de rentes en faveur de clercs du diocèse (XVIIIè siècle)1720-1729
4I : Fonds Guingot(chapelle de Girecourt-sur-Durbion)1614-1786
5IArchives des fabriques des Vosges (don privé)1367-1791
6I : Fonds Friry 620-1797
7I : Couvent de l’Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement de l’autel à Rambervillers 1551-1759 

-> Le couvent des bénédictines réformées de Rambervillers a été fondé vers 1630, d’après la règle de dom Didier de La Cour. Il doit sa transformation en monastère de l’Adoration perpétuelle du Saint- Sacrement de l’autel à Catherine de Bar, en religion sœur Mechtilde, née à Saint-Dié le 31 décembre 1614.
Destinée de bonne heure à l’Église, cette jeune fille entre tout d’abord chez les annonciades de Bruyères, en novembre 1631. Ce couvent ayant été détruit par les troupes étrangères venues en Lorraine, en mai 1635, elle se réfugie à Badonvillers, puis à Commercy au début de 1636. Elle fait profession chez les bénédictines de Rambervillers le 2 juillet 1639 et revêt la robe noire de cet ordre.
Rambervillers était alors de l’évêché de Metz et relevait de la France. Prise par le duc Charles IV en 1635, cette cité est reprise par les Français en 1639. En raison de ces combats, les bénédictines perdent la plupart de leurs biens ; elles doivent vendre leur argenterie, leurs meubles, etc... pour vivre ; elles contractent des emprunts et parviennent à survivre jusqu’en 1640, date à laquelle elles doivent se disperser.
En septembre 1640, Catherine se réfugie chez des parents à Saint-Mihiel, puis en l’abbaye de Montmartre, près de Paris, en avril 1641 ; cette abbaye venait à son tour d’être réformée par Marie de Beauvillers. Elle séjourne ensuite près de Caen, revient à Rambervillers, dans un couvent reconstitué, qui l’élit prieure. Elle séjourne en cette ville jusqu’à sa prise par Charles IV. À la suite de nouveaux combats, la communauté doit une nouvelle fois se disperser. En mars 1651, Catherine retourne à Paris, avec quelques compagnes lorraines. C’est à cette époque qu’elle a l’idée de fonder l’ordre de l’Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement, établi d’abord rue du Bac, puis rue Férou, puis rue Cassette. Au moment où s’achève ce dernier établissement, le pape Alexandre VII approuve tout ce qu’elle a fait par bulle du 20 septembre 1660. Lorsqu’elle désire changer son institution en congrégation, elle ne peut fonder un couvent à Saint- Dié, sa ville natale, du fait des résistances acharnées du chapitre ; mais elle parvient à installer un monastère à Toul en 1664. Bientôt, celui de Rambervillers demande à être uni à sa règle ; elle est présente quand, en avril 1666, l’abbé d’Étival bénit les petits ostensoirs que les religieuses vont désormais porter comme marque de leur association.
De nombreux autres couvents ont vu le jour ensuite. Catherine est décédée le 6 avril 1698, laissant plusieurs milliers de lettres, dont 2000 environ sont conservées actuellement au couvent du Saint- Sacrement d’Arras.
Le monastère de Rambervillers était situé dans l’ancienne Grande Rue ; vendu comme bien national à la Révolution, il a été utilisé comme école primaire et bibliothèque à la fin du XIXe siècle et durant la première moitié du XXe siècle. 




8ICollection Bernard PUTON, fonds du chapitre des chanoinesses de Remiremont 
  
Armes et Palais abbatial de Remiremont




Fonds des consistoires de l'Eglise réformée.


Aux AD86, des registres protestants sont tenus à part sous l'Ancien Régime, y sont enregistrées les déclarations de baptêmes, mariages et sépultures. 
Les plus anciens registres datent de 1566. 
Ils concernent 9 communes (Châtellerault, Civray, Couhé, Loudun, Lusignan, Montreuil-Bonnin, Romagne, Rouillé et Sainte-Radegonde de Marconnay)



Temple de Rouillé (86)


Aux AD49,Les actes des temples protestants d'Ancien Régime [Ponts-de-Cé (Les)/Sorges : Temple protestant - Saumur/Temple protestant; ceux de Baugé-Beaufort n'ont jamais été versés et ont disparu] et certains actes de catholicité d'époque révolutionnaire complètent ces données (Collection diocésaine)



Aux AD49, toute la série I concerne l'état-civil protestant

---


Demain, on verra des achats, des dépôts, des dons et des legs, d'origine privée bien sur !




Siège chambre notaires 16e siècle

mardi 9 juin 2015

Série H - Clergé régulier

Série H - Clergé régulier



Abbaye du Mont Saint-Michel(50), Xème, Bénédictins



Ce sont des documents de gestion des biens, des terres et des revenus (comptes, titres de propriété), d'administration d'un établissement religieux (délibérations capitulaires, entretien des bâtiments et dépendances), de pièces de procédures, d'éléments concernant les membres des communautés.

Documents variés : 
Amendes, 
Baux,
Cens,
Contrats de vente,
Dîmes, 
Donations, 
Ecrous,
Inventaires,
Nomination, 
Remembrances,
Rentes,
Terriers 


Abbaye de Sylvacane(13), XIIème, Cisterciens

     Cette série contient : 

Ordres religieux d'hommes
(Bénédictins, Carmes, Cisterciens, Chanoines réguliers, Chanoines de Saint-Ruf, Chanoines de Prémontré, Cordeliers, Capucins, Dominicains, Ermites de Saint-Augustin, Ermites de Saint-Paul et Saint-Antoine, Hospitaliers du Saint-Esprit, Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (et Templiers), Jésuites, Lazaristes, Mercédaires, Minimes, Oratoriens, Récollets, Tiers Ordres, Trinitaires) 


La fondation de l'Ordre des Chartreux


Prieurés
Prieuré conventuel 
Prieuré cure
Prieuré simple


Château-l'Hermitage - Prieuré conventuel - Le cloître, XIIe

 

Ordres religieux de femmes
Bénédictines, Cisterciennes, Chanoinesses de Saint-Augustin, Clarisses, Dominicaines, Ursulines, Visitandines)
Abbayes
Congrégations
Couvents
Monastères
Prieurés


Sainte Claire d'Assise


 Ordres militaires religieux
Commanderies


Cour de la Commanderie de Coulommiers


Hospices et maladreries
Hôpitaux



Maladrerie Saint-Lazare de Beauvais



---


Rendez-vous demain, pour le I, toujours dans les fonds ecclésiastiques, mais divers, voire de la "Religion prétendument Réformée".....



lundi 8 juin 2015

Série G - Clergé séculier


Série G - Clergé séculier



le clergé séculier regroupe les prêtres en paroisse, les diacres, les évêques, les cardinaux...



Cette série va proposer des archives concernant la vie du clergé séculier :



Archives des Diocèses

Aux AD38Diocèses d'Embrun, Gap, Die, Valence XVI-XVIIIe s, 7G, 8 articles


Illustration : maison Diocésaine de Valence



Administration

Aux AD21, Administration du Diocèse de Dijon, G16 à G26

Illustration : Cathédrale de Dijon



Répartition des décimes et autres impositions

Aux AD81 : Évêché de Catres, Décimes, G256
Comptes du receveur triennal des décimes au diocèse de Castres (1696-1698).
Département de 39 542 livres, 3 sols imposés sur tous les bénéficiers et autres possédant des biens ecclésiastiques, pour subvenir au payement des charges du diocèse (1787). 
Tableau des comptes du receveur des décimes s'élevant à la somme de 42 421 livres (1789).
Période : 1696-1789
Description : Liasse, 2 pièces et un cahier de 26 feuillets papier.



Illustration : Cathédrale Saint-Benoît à Castres 




Gestion des ressources pour l’entretien du personnel 

Aux AD28, archives de la Fabrique de Saint-Martin-Le-Viandier, 1565 à 1790, G3840 à G3874

lien de la série G des AD28 : http://www.archives28.fr/_depot_image_ad28/_depot_arko/articles/58/consulter-le-document_doc.pdf


Illustration : vue de Chartres, 1780



Gestion des ressources des bâtiments ecclésiastiques

Aux AD54G 296-867 Inventaire des titres du chapitre primatial de Nancy, 13 volumes manuscrits par Jean-François Le Moine, 1780 (cotés G 282-295).


Illustration, intérieur de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Annonciation de Nancy (XVIIIème siècle)



Cahiers d’insinuations

Aux AD13Le fonds de l'Officialité de Tarascon, extrait de minutes notariales tarasconnaises auxquelles il avait été mêlé, comprend une série presque ininterrompue de registres d'insinuations à partir de 1572 jusqu'en 1790. On y trouve également quelques procès, dont celui intenté par un curé de Saint-Rémy contre le chapitre (18 G 29)


Illustration : Collégiale Royale Sainte-Marthe de Tarascon



Correspondances entre diocèse

Aux AD67Correspondance des cardinaux-évêques de Strasbourg issus de la famille de Rohan. G297 à 302. 1700 à 1789. 


Illustration : Louis René Édouard, prince de Rohan, cardinal-évêque de Strasbourg (1734-1803) 



Sermons

Aux AD87,Cahier de notes pour sermons de missions. 7G78. XVIIIème siècle


Illustration : cathédrale Saint-Etienne de Limoges



---



Demain, le H, l'histoire de types qui chantent toute la journée, qui vivent solitaires ensemble, qui ont des barbes, qui fabriquent des tissus et des bougies, qui prient et pratiquent le jeûne...non, pas des hippies, des moines ;)



Illustration : "Au nom de la rose", film, 1986

dimanche 7 juin 2015

Série F : Fonds divers se rattachant aux archives civiles


Série F : Fonds divers se rattachant aux archives civiles

La série F peut contenir des sous-séries comme aux AD73 :



Série F : Population - économie sociale - statistiques

  • 1 F - Population 
  • 2 F - Commerce et industrie 
  • 3 F - Agriculture 
  • 4 F - Ravitaillement 
  • 5 F - Statistique générale 
  • 6 F - Mesures d'exception 
  • 7 F - Travail


Illustration : Saint-Gobain




"Jusqu'à la création de la série J en 1944, la série F avait pour vocation de recevoir tous types de documents entrés par voie extraordinaire, principalement des fonds d'érudits et des papiers de famille.
    En Corrèze, la consultation de la série F est particulièrement essentielle pour l'histoire du département avant la Révolution, dans la mesure où la constitution institutionnelle du fonds ancien (séries A à H) – ordinairement issu du regroupement des fonds de juridictions d'Ancien Régime au chef-lieu du département sous la Révolution – n'a été réalisée que de façon très imparfaite.
    Le chercheur trouvera ainsi parmi les principaux fonds d'érudits (Clément-Simon, Champeval, Forot, Morély, Bonnélye et Pau) des dossiers thématiques contenant des pièces originales capitales pour l'histoire des villes, institutions civiles et religieuses ou familles de la Corrèze. On notera, à cette occasion, la présence de minutes notariales dans plusieurs de ces fonds.
    Dans un autre ordre d'idée, on soulignera le grand intérêt du fonds félibréen de l'abbé Joseph Roux (10 F), poète de langue d'oc limousine, fondateur et chaptal du félibrige en Corrèze de 1893 à 1905, qui pourra être recoupé avec le fonds Marguerite Genès (7 J)."


Illustration : Alphonse MONS (1858-1932),maire de Saint-Privat, conseiller général, ancien notaire, 12F


---


Rendez-vous lundi avec la série G, les religieux séculiers



Illustration : Cortège funéraire du Tarn et de la Garonne AD82